Pas d'art dans le panier
Déni- Daniel Bombardier> Artiste

Achetez Artist Denial- Daniel Bombardier's Street Art Graffiti Modern Art, Prints, Originals, Sculpture, and Paintings.

Denial est un artiste canadien qui expérimente l'art de l'aérosol et du pochoir, alors que ses principaux champs d'intérêt sont le consumérisme, la politique et la condition humaine dans la société d'aujourd'hui. Le pseudonyme et l'alter-ego qu'il a adoptés sont à eux seuls révélateurs de son intention de critiquer les politiques, les publicités et les médias, qui nous bombardent généralement d'informations, dont nous ignorons ou même que nous dénions. Daniel Joseph Bombardier, de son vrai nom, est devenu actif pour la première fois sur la scène du street art à la fin des années 1990 et depuis lors, son surnom « DENIAL » s'est établi à l'échelle mondiale avec plus de 500 000 autocollants, pancartes murales et plus encore. , en utilisant les caractères alphanumériques "[email protected]”. Les médias et les moyens utilisés par l'artiste varient de la peinture en aérosol à la gravure et de la sculpture aux créations sur bois. La thématique de ses œuvres est tout aussi diversifiée et s'étend de la critique du capitalisme et des grandes marques à la moquerie des théoriciens du complot.

Trier:

Acheter Denial Graffiti Pop Art Moderne

Sur la base de l'art du déni, on peut identifier des éléments du Pop Art. Comme de nombreux artistes de sa génération, Denial embrasse le pop art et lui rend hommage en incorporant des thèmes pertinents dans ses œuvres. En conséquence, son art comprend des logos de marque, des références à l'énergie nucléaire, des théories du complot, une esthétique noire et, dans de nombreux cas, le drapeau américain, en particulier en tant qu'amoureux de ses œuvres. Cette série de thèmes hétéroclites est en quelque sorte utilisée par l'artiste d'une part comme un miroir, afin de présenter des problématiques contemporaines et, d'autre part, comme une arme, pour les affronter.

Même si son approche peut parfois sembler nihiliste, ses commentaires suivants sont révélateurs des intentions de son art : . J'espère que mon travail suggère le contraire : montrer le ridicule de tout cela et comment nous pouvons trouver de meilleures solutions pour l'avenir. La merde doit changer et c'est ce à quoi je pense que mon travail parle vraiment.

Essentiellement, il fait la satire de la réalité, que lui et nous vivons, à travers certains des symboles les plus emblématiques de la culture occidentale. Du logo Coca Cola, Superman et Bugs Bunny aux parfums Channel et aux cartes de crédit, il utilise de tels produits culturels avec l'intention de faire une déclaration contre le système qui leur a donné naissance. En conséquence, il les recontextualise et les transforme de produits commerciaux en son héritage culturel.

L'artiste est très socialement conscient et, à travers son travail, essaie de provoquer son public. D'une certaine manière, il souhaite sensibiliser aux problèmes contemporains à travers la stimulation visuelle de son travail et en utilisant ses propres mots « vous pouvez littéralement voir tout autour de vous les résultats directs de beaucoup de problèmes que mon travail explore. Itinérance, chômage, saisies immobilières, accès à une alimentation saine et abordable, étalement urbain... ».

Un autre aspect du travail de Denial est l'humour. Son œuvre est satirique, ce qui signifie par définition qu'elle utilise l'humour comme mécanisme de confrontation. « D'après mon expérience, si vous pouvez faire rire quelqu'un, vous pouvez le faire réfléchir. J'utilise l'humour dans certaines de mes œuvres pour ce fait, pour ouvrir le dialogue. Je ne sais vraiment pas pourquoi les gens achètent mon travail, mais je suis reconnaissant d'avoir des fans et des collectionneurs qui m'aident à perpétuer ma carrière. Si je devais deviner, je dirais qu'ils l'achètent parce qu'ils l'obtiennent, ils comprennent que les choses devraient et pourraient être différentes, ils croient en un avenir sans injustice/souffrance humaine, ce qui est le ton sous-jacent ultime de mon travail », mentionne-t-il. dans une interview en 2006.

Naturellement, l'artiste est devenu l'une des figures les plus en vue des artistes pop contemporains, qui continue néanmoins à rester pertinent et s'intéresse à la génération de commentaires qui suscitent la réflexion. Il a une longue histoire d'exploration des frontières de l'appropriation, qu'il utilise comme moyen de subvertir la valeur des produits culturels, imprimée dans la mémoire collective de la civilisation occidentale. Son travail, en d'autres termes, invite le spectateur à ré-imaginer notre société dystopique comme un moyen de la confronter, avec l'humour et l'ironie comme les plus grands outils de l'artiste.

Dans ce spectre, l'art de Denial est fortement politique et social, puisque l'artiste prend des positions spécifiques contre des problèmes tels que le capitalisme, la culture de consommation et les publicités. Plus important encore, l'artiste est conscient de ses choix et de ses motivations : « J'aime me considérer comme un pop art activiste. Ma relation avec les dessins animés et les graphiques est beaucoup plus facile qu'avec des trucs photo-réalistes. J'aime faire référence à des choses que les gens connaissent si bien. Avec humour et nostalgie, vous pouvez ouvrir la communication. J'ai fait ça pendant des années, j'ai utilisé des éléments d'humour et de familiarité pour ouvrir un dialogue parce qu'alors vous pouvez glisser de vrais problèmes et différentes choses que vous essayez de transmettre dans votre travail. Vous avez un flux beaucoup plus ouvert vers la conscience et l'expérience de la personne sur la façon dont elle prend votre art. Si vous pouvez les faire rire, souvenez-vous de quelque chose ou rapportez-vous à une image. Ensuite, ils vont zoomer et voir tous les détails cachés que j'ai mis là-dedans.

Dans le monde de Denial, la mémoire est importante, car elle est à la base de son travail, car elle encourage avec nostalgie le public à s'y engager. De ce fait, son art est aussi familier que dérangeant car il révèle les parties les plus troublantes de la société, celles dont nous sommes dans un « déni ». Son art est intelligent, humoristique et déborde d'ironie et, en quelques mots, résume l'absurdité du monde, lançant un appel ouvert à son public à s'engager et à réfléchir sur les valeurs sociétales systémiques, la matérialité et le sens.